Mon Mémo Nutriments des végétaux




Le pollen est un aliment très élaboré considéré comme un SUPERALIMENT. On appelle superaliment un aliment dont la densité nutritionnelle est très élevée. C’est la grande concentration en vitamines, minéraux, antioxydants (micronutriments) ou en protéines (macronutriments) de ces fruits, légumes, graines ou algues qui les rendent remarquables. Ils possèdent également des principes actifs qui, utilisés seuls ou en synergie, peuvent se révéler très efficaces pour nous aider à faire face aux maux de notre société : manque d’énergie, déminéralisation, carence en vitamines, troubles digestifs et les nombreux troubles associés au stress.

Ils contiennent des composés végétaux (phytonutriments) aux propriétés protectrices qui peuvent améliorer la santé. La recherche a démontré la valeur nutritionnelle des super aliments ainsi que leur capacité de combattre certaines maladies, voire même de freiner le vieillissement ; ils sont si riches en antioxydants que, consommés régulièrement, ils nous aident à rester jeune (avec des effets positifs sur la peau, le cerveau…). Vous avez entendu parler des baies de Goji, de la spiruline, du maca…. non ?

De part sa composition, le pollen fait donc lui aussi parti de ces petites merveilles de la nature. Il est né de l’union d’une ou plusieurs  fleurs et de l’abeille. Avant toute chose, parlons un peu de l’abeille.

Les abeilles vivent en colonie. Elles forment une société très organisée, un peu comme une grande entreprise. Autour de la reine, dont la tâche unique est de pondre,  jusqu’à 50 000 ouvrières s’activent avec ardeur. Dans la ruche, seules les quelques centaines de faux-bourdons paressent ! Durant leur existence, les abeilles exercent jusqu’à sept fonctions différentes : nettoyeuse, nourrice, architecte, manutentionnaire, ventileuse, gardienne et butineuse.

Un peu d’anatomie…

abeille_1

L’espérance de vie des ouvrières varie selon les saisons : de 30 à 45 jours pour les abeilles au printemps et en été, à plusieurs mois pour celles qui naissent à l’automne et permettent à la colonie de survivre à l’hiver et redémarrer le cycle. Au fur et à mesure de leur existence et de leur maturation physiologique, elles changent de rôle.

La pollinisation 

La reproduction sexuée nécessite la rencontre de la cellule reproductrice femelle avec la cellule reproductrice mâle. Les cellules reproductrices mâles sont contenues dans les grains de pollen tandis que les cellules reproductrices femelles sont dans les ovules situés dans l’ovaire. Quand la fleur s’épanouit, les étamines à maturité libèrent par leurs anthères des grains de pollen. La pollinisation peut alors se produire.

La pollinisation est le transport du pollen des étamines sur le stigmate du pistil appartenant soit à la même plante soit à une autre plante. Elle assure le rapprochement des cellules sexuelles ou gamètes. En explorant les fleurs à la recherche de nectar, les insectes (entre autres les abeilles, les papillons, les diptères ou certains coléoptères) se frottent aux étamines, récoltant involontairement des grains de pollen (jusqu’à 100 000) qu’ils abandonneront par la suite dans une autre fleur. Ainsi, la fleur femelle est fécondée.En explorant les fleurs à la recherche de nectar, les insectes (entre autres les abeilles, les papillons, les diptères ou certains coléoptères) se frottent aux étamines, récoltant involontairement des grains de pollen (jusqu’à 100 000) qu’ils abandonneront par la suite dans une autre fleur. Ainsi, la fleur femelle est fécondée.

Les pollens 

Les pollens sont donc les cellules fécondantes, la semence mâle qui recouvre les étamines  des fleurs. On l’appelle le « sperme végétal ». Comme les plantes sont immobiles, elles échangent leurs gènes par le biais du pollen. Il faut donc un vecteur pour transporter le pollen. En venant butiner le nectar qui deviendra le miel, l’abeille récolte sur ses pattes le pollen, en allant de fleur en fleur, elle permettra la fécondation des organes femelles des végétaux, le pistil.

Le pollen est le principal aliment des larves et des abeilles. . Elle transforme le pollen en pelotes auxquelles elle mélange des enzymes qui vont permettre de dissoudre la solide enveloppe qui enferme les éléments nutritifs à l’intérieur de chaque minuscule grain de pollen. Il est ensuite stocké dans des cellules bouchées hermétiquement par de la propolis pour garantir une fermentation anaérobie.

Composition 

Le pollen contient 20 des 27 acides aminés essentiels à l’organisme, tel que : arginine, histidine, leucine, isoleucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine. Sa concentration est  5 à 7 fois supérieure à celle de la viande.
Il contient environ  5 % de minéraux : calcium, chlore, cuivre, fer, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, silicium, soufre, sélénium …des vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B9, C, de la provitamine A. Des glucides, essentiellement glucose et fructose à hauteur de 30 à 55% et de 1 % à 20 % de lipides dont une partie d’acides gras essentiels.
Sa particularité est qu’il contient également de 5 à 8 ferments lactiques et  3 levures, cela permet de réensemencer la flore intestinale. De par sa richesse et ses très nombreuses enzymes, coenzymes, stérols, substances bactériostatiques et de croissance, pigments, arômes et huiles volatiles en font un aliment immunostimulant de grande qualité qui contribue à renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Il est notamment très recommandé en période de croissance, de convalescence et d’anémie, mais aussi pour les problèmes de nervosité et de transit.

Les différents pollens

Le pollen monofloral c’est le pollen issu d’une espèce de fleur qui est dominante; chaque origine florale confère au pollen des vertus nutritionnelles et thérapeutiques particulières. La composition des différents pollens varie en fonction de la fleur sur laquelle les abeilles les ont prélevés. En apithérapie on utilise essentiellement les pollens suivants :

Le pollen de ciste

pollen ciste

Grâce à sa richesse en lacto-ferments (bactéries bénéfiques) etantioxydants, le pollen de ciste est un reconstituant complexe qui a des effets bénéfiques sur la flore intestinale. Ses probiotiques nettoient et restructurent la flore intestinale. Grand anti-inflammatoire intestinal(il peut être pris dans les maladies de Chron et les maladie s inflammatoires du tube digestif). Sa composition riche en caroténoïdes assure la protection et l’intégrité des muqueuses intestinales. Il participe à la détoxification de l’organisme. La flore étant renforcée, il permet aussi de stimuler les défenses immunitaires.  Revitalisant général, il lutte contre la fatigue et les déséquilibres provoqués par les agents extérieurs tels que la pollution, les carences alimentaires, le stress, … Efficace pour se maintenir en forme (des cures sont recommandées particulièrement au changement des saisons, au printemps et en hiver mais il peut être consommé tout le long de l’année, vu que c’est en fait un aliment tout à fait naturel !)  C’est aussi le préféré des enfants, car il a un goût plus sucré.

pollen de cystebouton je commande

Le pollen de châtaignier

C’est le champion des aliments antioxydants. Il est également d’une belle aide pour la régulation hormonale féminine.  Il convient particulièrement bien aux femmes après 40 ans entrant dans la période de ménopause (contient des phytoestrogènes, freine la perte en calcium et diminue sur certaines femmes les bouffées de chaleur).  C’est  aussi un grand protecteur du système nerveux, son tryptophane un acide aminé précurseur de la sérotonine qui intervient dans la régulation de l’anxiété et sa vitamine B6 permettent aux personnes stressées, déprimées de reprendre le dessus. Il améliore la réponse à un traitement antidépresseur classique. Le système cardio-vasculaire n’est pas oublié car ses antioxydants auront une action préventive sur la formation de plaques d’athéromes et l’activation de la macro-circulation). 15g soit 1 cuillère à soupe équivaut à 5 litres de vin rouge ou 3 litres de thé vert pour leur apport en polyphénols !pollen de chataignerbouton je commande

Le pollen de saule

pollen saule

La lutéine et la zéaxanthine qu’il contient sont des antioxydants très important dans la santé de la rétine. Il est donc très intéressant pour tous les problèmes de vue et plus particulièrement en prévention de la DLMA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) et de la cataracte. Il faut le prendre assez longtemps (au moins 2 mois) pour un début d’action sur l’œil et l’on n’en trouve pas toute l’année. De part sa grande richesse en Zinc, il accompagne efficacement tous les problèmes de prostate (le pollen de ciste également) ainsi que tous les renouvellements cellulaires lors de convalescence. On conseille alors au moins 2 ou 3 mois avec 2 cuillères à soupe pour de vrais résultats. Enfin c’est aussi le compagnon des futures ou déjà mamans. Il favorise l’ovulation, la nidification de l’ovule chez les femmes ayant des problèmes de fertilité. Diminue le risque de malformations du tube neuronal (moelle épinière et cerveau). Favorise la lactation grâce aux vitamines B6, B3, B2, Bl, E et C, mais surtout à une exceptionnelle richesse en folate (vit. B9), aux polyphénols et phytostérols et à bien d’autres substances.

pollen saulebouton je commande

 Le pollen de bruyère

pollen bruyere

Sa teneur exceptionnelle en rutine (entre 1200 et 1600 mg/ 100 g) contribue à une bonne microcirculation (via une action de nettoyage du système circulatoire). Il est de ce fait particulièrement indiqué pour favoriser une bonne circulation cérébrale et retrouver une capacité demémorisation sur les personnes qui rencontrent avec l’âge des difficultés dans ce domaine. C’est donc l’allié des étudiants mais aussi des seniors. La rutine est également une excellent rééquilibrant de la thyroïde. Sa richesse en minéraux alcalins (calcium, magnésium, potassium… fait de ce pollen un partenaire très apprécié contre les dérèglements de l’équilibre acido-basique. Sa teneur en fibre insoluble facilite le transit et limite la constipation.

Le pollen d’aubépine

aubepine

Sa  richesse en fer fait de lui un incontournable dans la formation normale des globules rouges et de l’hémoglobine (allégation officielle).  Cet oligo-élément entre dans la composition de l’hémoglobine des globules rouges, de la myoglobine des muscles, et de nombreuses réactions enzymatiques nécessaires à la respiration des cellules. Ses teneurs en vitamine C augmentent l’absorption du fer non héminique (végétal). Elle est aussi impliquée dans le métabolisme du collagène (peau, os, cartilage, tissu conjonctif), dans la synthèse des catécholamines, dans le métabolisme des acides gras et dans le métabolisme immunitaire. C’est le plus riche des pollens en protéines végétales : il permet de limiter les effets néfastes d’une consommation excessive de viande, tout en apportant à l’organisme les protéines et tous les acides aminés essentiels nécessaires au renouvellement de tous les tissus. Il compense idéalement les apports limités en certains acides aminés des régimes végétariens ou végétaliens. Riche en vitamines B1 & B2 : il joue un rôle important dans lemétabolisme énergétique.

Comment prendre le pollen ?

pollen

Comme le miel, le pollen n’est pas thermostable, (c’est-à-dire qu’il perd une partie de ses propriétés lorsqu’il est chauffé), seules, les propriétés de la propolis ne sont pas altérées par la chaleur. En séchant, certaines vitamines, la totalité des enzymes et des ferments sont détruits, même ceux qui sont séchés au soleil. Quant aux ultraviolets, ils détruisent également la quasi-totalité des propriétés diététiques du pollen. C’est seulement dans le pollen frais que vous pourrez trouver les ferments lactiques vivants et qu’alors le pollen sera bénéfique sur l’intestin et un allié de choix pour votre santé. Vous trouverez vos pollens frais au rayon surgelé des boutiques naturelles. Personnellement, je recommande les pollens frais de Pollenergie, c’est à mon sens les plus qualitatifs des produits disponibles sur le marché. Sans compter que d’un point de vue gustatif, ils sont largement sur le haut du panier.

Pollen mode d’emploi

Une grande synergie existe entre le pollen et les fruits. Si vous faites une salade de fruits le matin et que vous mangez en même temps le pollen, vous constaterez des effets plus rapides et plus forts. Le miel, la compote et les jus de fruits feront également l’affaire. Ne jamais le consommé seul. Il est essentiel de bien le mastiquer et l’insaliver sous peine de ne pas l’absorber et donc de ne pas profiter de ses vertus.

Doses conseillées :

Les doses moyennes journalières de pollen frais sont les suivantes :

Chez l’adulte : 
– 15 à 20 g en cure d’entretien soit une grosse cuillère à soupe bombée
– 30 à 40 g en dose de charge ou d’attaque soit deux grosses cuillères à soupe bombées
Chez l’enfant : 
– 4 à 8 g de 3 à 6 ans soit  une cuillère à café bombée
– 8 à 12 g de 6 à 12 ans soit  une cuillère à dessert bombée
– 12 à 15 g de 12 à 16 ans soit une cuillère à soupe rase

Le pollen ne présente pas d’effets secondaires ni d’effet d’accoutumance, il peut donc sans danger être pris pendant plusieurs mois d’affilée. L’idéal étant de faire une cure de 6 semaines en période d’intersaison, c’est-à-dire au printemps et à l’automne lorsque l’organisme est soumis aux principaux changements : passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver et inversement, apparition des pathologies hivernales ou des allergies printanières…

Pollen et allergies saisonnières

allergie pollen

Pour rassurer les nombreuses personnes qui sont allergiques aux pollens,  il est important de différencier les pollens récoltés par les abeilles (pollens entomophiles) qui ne provoquent pas de réactions allergiques de type rhume des foins, rhinite, larmoiement…, de celui transportés par le vent (pollens anémophiles) comme celui des graminées qui lui est irritant pour des voies respiratoires et cutanés.

La consommation de petites quantités de pollen peut même servir à immuniser contre les allergies saisonnières comme le rhume.

Pour les personnes fortement réactives à de très nombreux allergènes, il est plus prudent de tester en goûtant deux ou trois grains de pollen pour vérifier s’il y a une réaction. Ne pas en consommer, s’il y a inflammation de la muqueuse buccale. 

 

 

Sources images : Pint it / Mangerdumiel.com

L'auteur :

Vanessa Ortigue - Naturopathe & Reflexologue

Praticienne de santé naturopathe-réflexologue, elle utilise des moyens naturels adaptés aux besoins et au tempérament de chacun afin de préserver, retrouver ou optimiser la santé. Elle accompagne la personne lors de troubles fonctionnels ou chroniques mais elle s’adresse également aux personnes en bonne santé qui désire le rester. Pour promouvoir la santé et corriger le terrain, elle propose un programme d'hygiène vitale complet et personnalisé qui inclut la nutrition, la nutrithérapie, les oligoéléments, la phytothérapie, l'aromathérapie, les élixirs floraux, la réflexologie plantaire ainsi que le massage Bien etre.

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet