Mon Mémo Nutriments des végétaux




A l’occasion d’Octobre Rose, j’ai décidé de vous proposer un article sur le cancer du sein et la sexothérapie.
Selon l’INSERM, le cancer du sein est le plus fréquent des cancers de la femme (52500 nouveaux cas en 2010). Les traitements oncologiques, outre les effets secondaires généraux qu’on connaît bien, ont de grandes répercutions sur la qualité de vie des patientes, leur image du corps, leur estime de soi, mais également leur sentiment de féminité et leur sexualité. Or, cette dernière est encore trop peu évoquée et trop peu prise en charge en oncologie par les équipes médicales. Quelle est donc l’utilité de la sexothérapie en cas de cancer du sein ? Marjorie Cambier, Sexothérapeute sur Nana-Turopathe.com vous en dis plus dans cet article.

cancer du sein
Symbolique du sein, mastectomie, et reconstruction mammaire 

Le sein est un attribut hautement féminin, hyper investi, ayant une double fonction (maternité et érotisme) et particulièrement valorisé socialement. Il participe à l’identité sexuelle féminine, et relie la femme aux archétypes sociétaux féminins.

Perdre son sein pour une femme équivaut donc à une perte de repères (par rapport à son identité sexuelle), du sentiment d’être encore une femme désirée et désirante (séduction, désirabilité), et de ses qualités de mère (nourriture, protection). La blessure narcissique est alors profonde.

Le cancer du sein constitue une atteinte des rôles sexuels féminins (rôle d’épouse, de femme, d’amoureuse, de reproductrice, etc.), qui sont de véritables archétypes, très encrés dans l’inconscient collectif. Une entrave à ses rôles peut être à l’origine de sentiments intenses de culpabilité, d’impuissance, d’incapacité, pouvant eux-mêmes aboutir à une authentique dépression.

Le sexothérapeute pourra donc accompagner la patiente durant cette épreuve, la préparer psychologiquement à la mastectomie, accueillir ses angoisses et questionnements, l’aider à travailler sur son image du corps et son sentiment intrinsèque de féminité, et informer le couple des conséquences directes et indirectes de la chirurgie sur les plans physiques, affectifs et sexuels.

cancer du sein
Cancer du sein – La sexothérapie durant les traitements 

Malgré des préjugés très encrés, la patiente atteinte d’un cancer du sein reste une femme désirée et désirante (même si elle ne se considère plus comme telle, et qu’elle est épuisée et angoissée), et à ce titre, peut tout à fait, si elle le souhaite et si elle le sent, bénéficier d’une vie sexuelle adaptée aux différentes phases de traitements qu’elle traverse.

D’une part, comme on vient de le voir, le cancer du sein touche profondément la femme dans sa féminité et son identité sexuelle. Durant la prise en charge oncologique, son corps change, et sa réponse sexuelle se modifie. Les traitements et leurs effets secondaires la fatiguent, et inhibent temporairement désir et plaisir.

D’autre part, l’atteinte de cette zone hautement symbolique ainsi que les répercutions temporaires mais aussi parfois permanentes des traitements sur sa fertilité (aménorrhée, ménopause induite, etc.) mettent gravement en danger l’identité personnelle et féminine de la patiente, qui peut alors éprouver un véritable sentiment d’étrangeté face à ce corps qui se modifie, et qu’elle ne reconnaît plus.

Le sexothérapeute joue alors un rôle essentiel, et ce depuis l’annonce du diagnostique : il peut lui offrir un cadre pour élaborer autour de ses inquiétudes, travailler sur son sentiment de féminité et sur son propre rapport au sein et au féminin. Ils peuvent anticiper ensemble les modifications corporelles et de la réponse sexuelle, et adapter la sexualité aux différentes phases du traitement et à l’état de la patiente. Ce professionnel a donc un rôle à la fois pédagogique, éducatif, d’écoute et d’élaboration psychique.

fleche roseA découvrir également, notre article dédié à l’ouvrage

 » Les Tétons Flingueurs » de Sonia Bellouti  »  ICI

Cancer du sein, et le couple dans tout cela ?

Le cancer du sein (comme tous les cancers) impacte l’intimité du couple. Bien souvent, la sexualité est reléguée au second plan, et la relation n’est plus érotisée au profit d’une relation presque soignant-soignée, voire de dépendance. Or il est important de restaurer le plus possible l’intime, et de réérotiser un maximum la relation. La sexothérapie peut permettre alors de retrouver une tendresse, des gestes d’amoureux, discuter autour de l’aménagement de l’espace afin qu’elle se sente plus à l’aise, éviter certaines zones ou positions sexuelles douloureuses…

cancer du sein

Après cancer et rémission, ré apprivoiser son corps et pallier aux troubles sexuels, quid de la reconstruction mammaire :

La prise en charge sexothérapeutique consiste à ce moment-là à accompagner la patiente dans la réhabilitation progressive de son corps, à restaurer son sentiment de féminité et son image du corps, et à aménager sa relation de couple. Il s’agit également d’un véritable travail de deuil, de ce qui constitue une des pierres angulaires de l’identité féminine.

On se situe ici dans un registre symbolique et corporel, d’acceptation et de restauration des qualités féminines : trouver de nouveaux repères, apprendre à ré-aimer son corps, l’accepter tel qu’il est, le considérer de nouveau comme un objet de désir et de plaisir, et de passer de la symbolique du corps malade à celle du corps sain, puis du corps sexué, désirable et érotisé. Il s’agit également de réapprendre à se regarder avec bienveillance, toucher, caresser et masser ses cicatrices avec douceur et amour (loin d’être évident!). Le partenaire peut être petit à petit inclus dans ce travail. Le but est de réinvestir son corps et celui de l’autre, le réhabiliter à la sensualité, puis au désir et à la sexualité.

Par ailleurs, une patiente sur trois présente un trouble de la sexualité après un cancer du sein, notamment une baisse de libido (liée à l’hormonothérapie, à la fatigue physique et morale persistant souvent après la fin des traitements, ainsi qu’au sentiment de ne plus être à la hauteur, une « vraie » femme). Le sexothérapeute accompagnera la patiente dans l’adaptation de sa sexualité et la réhabilitation de sa confiance en elle.

cancer du sein

Par ailleurs, concernant l’aspect maternel, tout dépendra de l’effet à long terme des traitements. Si sa fertilité est préservée, le sexothérapeute aidera la patiente à s’inscrire si elle le souhaite dans un projet parental à plus ou moins long terme, en palliant aux différentes angoisses et inquiétudes qui pourront survenir. Si en revanche sa fertilité n’a pu être sauvée, il l’accompagnera dans le deuil de sa fécondité et de ses éventuels désirs de maternité.

Enfin, la reconstruction mammaire (comme la chirurgie conservatrice, de par les déformations du sein « malade » et les disparités avec l’autre sein qu’elle provoque indirectement) ne pallie que partiellement à ce sentiment de dévalorisation, la reconstruction n’effaçant effectivement pas le cancer, et le sein reconstruit n’étant jamais une restitution du sein d’origine. Le travail de la féminité ne saurait donc se limiter à une opération chirurgicale, et faire le deuil du sein perdu est primordial, que ce travail introduise ou non une reconstruction mammaire par la suite.

En conclusion, on a donc pu voir ici à quel point le cancer du sein pouvait ébranler les assises narcissiques des femmes qui en sont victimes, leur sentiment de féminité, et leur image du corps. La sexothérapie a donc un rôle primordial à tenir dans la réhabilitation des qualités féminines, et devrait à mon sens être davantage proposée dans les services d’oncologie.

cancer du sein

Images :

https://www.mcommemutuelle.com/magazine/soyez-acteur-doctobre-rose-aux-cotes-de-m-comme-mutuelle

*Octobre Rose*

Octobre Rose : Lejaby récupère vos vieux soutiens-gorge

http://www.ohlabellebleue.fr/2014/10/octobre-rose.html

http://www.topsante.com/medecine/cancers/cancer-du-sein/prevenir/cancer-du-sein-les-20-ans-de-loperation-octobre-rose-46165

http://www.papapio.com/2013_05_01_archive.html

L'auteur :

Marjorie Cambier - Sexothérapeute & Psychologue clinicienne

Sexothérapeute et psychologue clinicienne, j'accompagne les femmes présentant des troubles sexuels, à s'en délivrer, à développer leur féminité et à (re)trouver une sexualité épanouissante et satisfaisante pour elles. Je suis également spécialisée dans le domaine du traumatisme psychique et ai auparavant exercé plusieurs années dans une cellule d'urgence.

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet