Je suis une maman qui a accouché 7 fois et un de mes accouchement s’est finit en césarienne. A l’époque, j’aurais vraiment apprécié recevoir des conseils holistiques pour soulager les différents maux dont j’ai souffert. Je vous livre donc tous ces précieux conseils dans cet article qui me tient à cœur.

Certains accouchements aboutissent en césarienne, qu’elle soit programmée ou pratiquée en urgence. La naturopathie regorge d’outils, de techniques et de conseils afin de vous y préparer. Elle intervient également en post-opératoire dans un but de soulager les différentes problématiques de cette intervention.

La césarienne est un acte chirurgical qui a pour but de sortir un bébé du ventre de sa maman au cas où l’accouchement par voie basse s’avère impossible ou dangereux.

Auparavant, elle était considérée comme un moment subit, car elle se déroulait dans un environnement ultra-médicalisé, où le futur-père était mis à l’écart et l’on ne voyait pas naître le bébé… De nos jours, avec les avancées technologique et médicale, les césariennes sont pratiquées dans le respect de l’intimité du couple, et l’équipe soignante privilégie l’émotion et le contact du bébé avec les parents.

Les causes d’une césarienne :

    • Lors d’un accouchement impossible ou dangereux par voie basse

    • En cas de souffrance du bébé pendant le travail

    • Si le bébé se présente dans une mauvaise position

    • Si le bébé est trop prématuré (pour éviter de le faire souffrir)

    • S’il y a une stagnation de la dilatation de l’utérus

    • Dans les cas de mauvaise position du placenta recouvrant le col

    • Maladie de la maman

    • Dans certaines grossesses multiples (triplés par exemple),il faut savoir qu’elle est pratiquée sous rachianesthésie ou anesthésie péridurale et dans certains cas très particuliers, sous anesthésie générale.

 

Le déroulement :

Votre installation au bloc

La césarienne se réalise au bloc opératoire.

Le futur papa est aujourd’hui accepté dans le bloc afin d’accueillir le bébé.

L’équipe de soignante vous prépare en posant une perfusion. Vous aurez aussi le droit à une péri-anesthésie et une sonde urinaire afin de vider votre vessie de façon continue.

La technique chirurgicale

Auparavant, le chirurgien pratiquait une incision médiane sous ombilicale verticale, sur la peau et sur l’utérus. Elle engendrait beaucoup de saignements, une grosse cicatrice externe mais aussi utérine, ce qui rendait les grossesses suivantes plus fragiles.

De nos jours, l’incision de la peau et l’utérus se pratique à la transversale, ce qui assure plus de solidité. Beaucoup de futures mamans appréhendent d’avoir une trop grande cicatrice. Ce qui se comprend ! Cette dernière n’est pas très large, elle se fait sur une largeur de 12 à 14 cm environ. L’incision est pratiquée à 2 cm au-dessus du pubis, dans un pli cutané, ce qui la rend la cicatrice invisible.

Après l’incision, l’obstétricien coupe le tissu graisseux et celui qui enveloppe les muscles. La technique de la césarienne a énormément évolué car les muscles sont écartés aux doigts. Le péritoine est ouvert de la même manière, permettant l’accès à la cavité abdominale et à l’utérus. Cette technique, plus rapide, à pour avantage de raccourcir le temps opératoire, de limiter les saignements et le risque infectieux. La maman se remet sur pied bien plus rapidement.

Le chirurgien arrive ensuite à l’utérus qu’il va ouvrir à un endroit où les tissus sont les plus fins, qui saigne moins, et où la cicatrisation se fait mieux. Cette méthode permet un prochain accouchement par voie naturelle possible. Ensuite, l’obstétricien sort l’enfant par la tête ou par les pieds et le pose peau à peau sur la maman quelques minutes.

Après la naissance, le chirurgien libère le placenta en vérifiant que l’utérus soit bien vide. L’utérus est ensuite refermé, mais le péritoine viscéral qui recouvre l’utérus et la vessie n’est pas refermé. La peau du ventre est suturée soit au fil résorbable soit avec des agrafes.

Les problématiques après la césarienne :

Les douleurs que vous pouvez ressentir après la césarienne sont diverses ! Ce sont plutôt des problématiques, plus ou moins différentes d’une personne à une autre. Les connaitre, c’est s’y préparer.

Des nausées peuvent survenir à la suite des analgésiques qui contiennent de la morphine. Comme il est douloureux de vomir après une césarienne, les médecins préconisent souvent une médication.

    • Conseils : Prévoir dans votre trousse post-partum de l’homéopathie (à préparer après une consultation chez votre médecin homéopathe)

 

    • Utiliser les huiles essentilles :

      • Si vous n’allaitez pas l’huile essentielle de GINGEMBRE

      • Si vous allaitez, l’huile essentielle de CAMOMILLE ROMAINE

        • Utilisation : Déposez 1 gouttes d’huile essentielle de gingembre ou de camomille romaine sur un support (comprimé neutre, ½ sucre) et avaler. Pas plus de 3 fois par jour.

 

    • Point d’acupression n°6 : correspondant au méridien du Maitre du Cœur MC6. Il permet de relancer le sens de circulation énergétique dans les méridiens du thorax. Il calme presque instantanément les nausées et les vomissements.point acupression

      • Mode d’emploi : Ce point est situé à 3 doigts (dans le sens de la largeur) sous le premier pli du poignet. Afin de le localiser, avec l’index, le majeur et l’annulaire appuyer à l’intérieur du poignet de façon transversal, de sorte que l’annulaire soit situé sur le premier pli de votre poignet. Avec votre index, appuyez avec une forte pression, vous vous sentirez immédiatement soulagée.

 

Les tranchées : Mais qu’est-ce que ce terme barbare ? Ce sont les douleurs dû aux contractions de l’utérus qui se remet en place. Il faut savoir qu’il passe d’une forme de ballon à la taille d’une orange et que sa taille initiale est celle d’un petit citron ! Et donc, dans le cas d’une césarienne, vous pensez bien qu’avec la cicatrice ça fait mal ! Ces contractions sont encore plus fortes au moment de l’allaitement.

    • Conseils : Lorsqu’une contraction survient, il faut essayer de ne pas se raidir et tenter d’utiliser votre respiration, le fait de respirer va favoriser la libération de sérotonine, inhibitrice de la douleur, alors que la crispation entraine une sécrétion d’adrénaline accentuant la douleur.

 

    • En position allongée laissez-vous allez comme si votre corps devenait complètement mou, inspirez profondément en gonflant votre ventre puis vos poumons puis vos épaules, sur 6 temps, puis expirez également sur 6 temps. Vous pouvez faire perdurer cette respiration pendant 5 minutes, vous êtes alors en cohérence cardiaque. La douleur aura disparu.

 

Les démangeaisons : Vous pouvez avoir des éruptions cutanées dû aux morphiniques de la rachi-anesthésie, cet effet s’estompe assez rapidement. De nos jours les anesthésies sont relativement bien dosées afin de ne pas engendrer de trop grands effets secondaires mais ça arrive.

    • Conseils : Vous pouvez prévoir une petite lotion de calendula à appliquer en compresse sur les zones qui démangent.

 

Les douleurs aux épaules : elles sont causées par une poche d’air qui reste dans le ventre. Après l’opération cette poche appuie contre le diaphragme, où passe le nerf phrénique qui traverse l’épaule. Cela engendre des douleurs diffusent.

    • Conseils : prévoir une petite pommade contenant de l’arnica, une huile végétale et pourquoi pas les petites bouillottes chauffe-main qui diffusera de la chaleur douce à l’endroit de la douleur.

 

La reprise du transit intestinal

reprise du transit

Lors d’une péri-anesthésie, tout le bas ventre a été anesthésier ce qui a provoqué un ralentissement du transit et une accumulation de gaz. Le transit reprendre en général 24h après la césarienne. Ces gaz provoquent souvent des douleurs difficilement gérables pour certaines femmes césarisées. C’est pour cette raison que vos premiers repas seront un peu plus légers.

Ce que vous pouvez faire pour éliminer les gaz :

    • Boire des tisanes citronnées, la valériane est un bon remède qui a pour effet d’éliminer les gaz et de soulager la douleur de l’incision

    • La respiration (cohérence cardiaque)

    • Masser le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre délicatement mais avec pression.

    • Psyllium blond : 1 cuillère à café avec un grand verre d’eau après le soir de votre accouchement et le lendemain matin, pendant 5 jours.

 

La cicatrice

La cicatrice devient très sensible, tiraille, brûle et démange. Par contre la peau autour de la cicatrice semble insensibilisée.

Les soins de la cicatrice

A la maternité, l’infirmière changera le pansement au moins une fois avant votre départ. Il est impératif de bien suivre les instructions médicales jusqu’à la cicatrisation qui intervient au bout de 5 à 7 jours.

En naturopathie on travaille sur la cicatrisation avec l’accord du médecin.

En cas d’infection, ce qui arrive parfois, un des points ne se referme pas. Le corps est bien fait car tant qu’il y a un germe, les sutures restent ouvertes. Dans ce cas, l’infirmière vous prodiguera des soins adaptés. L’utilisation de miel, d’argile ou d’aloé Vera s’avère très efficace sur une cicatrice purulente.

Le miel agit sur toutes les phases de la cicatrisation. Il contient une enzyme qui fabrique de l’eau oxygénée, ce qui en fait une substance aseptisant. Il accélère la cicatrisation et évite les inflammations. Dans certains hôpitaux, il est utilisé pour soigner des blessures graves, purulentes, infectées comme les escarres, ou les brûlures.

Tous les miels sont cicatrisants, mais les meilleurs résultats se font avec le miel de thym. Le miel doit être de bonne qualité, de préférence produit localement.

    • En application locale, avec une cuillère en bois appliquer une grosse couche de miel sur la cicatrice et placer une compresse stérile par-dessus, plaquer avec votre culotte et laisser poser. Renouveler l’opération 2 à 3 fois par jour en fonction de l’état de la cicatrice.

 

L’argile est cicatrisante, antiseptique, anti-inflammatoire, régénérante, purifiante et hémostatique (arrête les saignements). Elle va absorber les germes, les évacuer et elle va reminéraliser la peau pour améliorer la cicatrisation locale.

    • Dans le cas d’une cicatrice belle sans infection : Saupoudrer la poudre d’argile sur la cicatrise qui va être adsorbée sur la plaie et absorber ses exsudats,

    • Dans le cas d’une cicatrice qui s’est infectée : Faire un cataplasme d’argile d’1 à 2 cm d’épaisseur, la faire déborder de 2 cm de la plaie pour ne pas qu’elle sèche trop vite . Laisser appliquer 30 minutes et renouveler 3 fois par jour.

 

L’aloé Véra a des vertus cicatrisants, anti-inflammatoire, antiseptique. Il permet d’accélérer la cicatrisation.

Vous pouvez l’acheter en gel (attention à la composition), il faut qu’elle soit pure. L’appliquer matin et soir sur la cicatrice, en recouvrant d’une compresse. Si vous avez une plaie infectée, il faudrait renouveler le pansement plus souvent. Bien sûr toujours avec l’accord du médecin.

Choc émotionnel

elixir

Après l’accouchement par césarienne, les mamans sont souvent plus fragiles et le moral peut être en berne surtout à cause de la chute hormonale. Encore une fois, la naturopathie s’offre à vous afin de vous apportez des outils très efficaces qui seront à prévoir dans votre valise de maternité

Élixirs floraux : L’élixir floral Star of Bethleem est classé dans les élixirs « Découragement, désespoir ». Il a une action sur les chocs physiques ou émotionnels. C’est l’élixir de la consolation car il apaise les blessures psychiques mais aussi physique.

    • Utilisation : 5 gouttes dans la bouche après l’accouchement si vous ne vous sentez pas bien.

 

Aromathérapie : Les huiles essentielles ont une action sur le plan psycho-émotionnel et plan physique.

    • Préparez les huiles essentielles dans un roll-on

      • 4 gouttes d’HE de Litsea

      • 6 gouttes d’HE de Néroli

      • 12 ml d’Huile végétale de Jojoba

 

    • Appliquer sur les poignets et respirer fort !

Consulter un médecin ou sage femme homéopathe pour un accompagnement homéopathique adapté a votre constitution et votre terrain.

Ma trousse maternité Naturopathique

trousse nana

    • Télécharger l’application cohérence cardiaque
    • Acheter l’huile essentielle : 
      • Gingembre (si vous n’allaitez pas)
      • Camomille romaine (si vous allaitez)
    • Huile de calendula (démangeaisons)
    • L’élixir floral Star of Bethleem (choc emotionnel)
    • 1 petit tube d’argile ou de gel d’aloé véra ou un petit pot de miel (cicatrice)
    • Un roll-on avec

      • 4 gouttes d’HE de Litsea

      • 6 gouttes d’HE de Néroli

      • 12 ml d’Huile végétale de Jojoba

    • Petites bouilloires à acheter en grande surface

    • Et des tisanes citronnées

    • Du psyllium blond

    • Votre trousse d’homéopathie (prescrit par votre médecin homéopathe)

 

L'auteur :

Angélique Oumaicha MOUFFLE-CASSEL | Naturopathe spécialisée en périnatalité

Installée en cabinet depuis 2011, je pratique la Naturopathie & Sophrologie. Spécialisée en périnatalité, j'accompagne des couples à la conception, des futures mamans durant leur grossesse et après l'accouchement ainsi que leurs bébés depuis maintenant 8 ans. Maman de 6 enfants, j'ai acquis de nombreuses techniques, outils , remèdes et surtout connaissances que je prend plaisir a partager. Et ce afin que chacun vive le plus naturellement possible chacune de ces merveilleuses étapes de la vie.

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet