Vous avez du mal à sortir du lit le matin ? Vous avez une fatigue récurrente ? Un manque de motivation? de concentration ? Une envie d’hiberner ? Et si vous manquiez tout simplement de lumière ?

 

Notre corps a besoin de lumière pour fonctionner

Nos yeux ont besoin de recevoir un niveau de luminosité diffusée par le soleil d’au moins 2.000 lux pour maintenir l’équilibre interne.
La lumière pénètre dans l’organisme via des cellules de l’œil qui, reliées au cerveau, envoient l’information “jour” ou “nuit” à notre horloge biologique interne, une petite zone cérébrale située près de l’hypothalamus. Ainsi calée sur un cycle de 24 heures, l’horloge biologique donne le tempo au corps en lui envoyant différents signaux.

Or, en hiver, le niveau de luminosité n’est que de 500 lux. Les gens du Nord profitent en moyenne de 50 heures de soleil en décembre, contre 240 heures en juillet. S’ensuivent fatigue et manque de force, parmi d’autres symptômes et notamment la dépression saisonnière. C’est dans les années 1980 que le Docteur Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur au National Institute of Mental Health a mis un nom sur cette pathologie.

En hiver, les jours sont courts, et l’exposition lumineuse nettement plus faible. Cette baisse de l’intensité lumineuse qui permet à la sérotonine de se transformer en mélatonine. Et l’excès de mélatonine dû à la baisse de luminosité va induire une sensation de fatigue récurrente, l’envie d’hiberner, une baisse de motivation, de libido, des compulsions alimentaires vers les aliments gras ou sucrés etc… Ces symptômes, plus ou moins marqués selon les individus peut se transformer en véritable dépression, avec pulsions boulimiques, hypersomnie etc..

Ils disparaitront d’eux-mêmes dès que la durée d’ensoleillement va augmenter, pour réapparaître l’année suivante dans la plupart des cas.

Bien choisir sa lampe de luminothérapie

Et depuis une dizaine d’années des lampes de luminothérapie à usage personnel ont fait leur apparition sur le marché. La luminothérapie se décline principalement en deux catégories d’appareils : les simulateurs d’aube et les lampes.

Pour bien choisir sa lampe, il faut privilégier les lampes émettant au moins 10 000 lux. Une exposition quotidienne de 30 minutes à proximité de la lampe, de préférence le matin, suffira à maintenir l’équilibre sérotonine / mélatonine, et à éviter tous ces troubles bien désagréables.

Préférez une lampe avec un variateur qui vous permettra de jouer sur l’intensité et éviter la saturation qui arrive rapidement.  Il semble que les essais chronobiologiques donnent les meilleurs résultats au lever et le soir chez les personnes qui seraient tentées d’aller se coucher trop tôt, avec la tombée de la nuit d’hiver… Si les effets se font sentir au bout d’une semaine environ, la lampe est à utiliser tous les jours jusqu’à la fin de l’hiver.

Contrairement aux lampes, le simulateur d’aube va simuler un coucher de soleil ou un lever de soleil pour exposer votre corps à la lumière. Cependant, certains simulateurs peuvent également servir de lampe luminothérapie.

Mais  n’oubliez pas : rien ne remplace la lumière naturelle du soleil, il est capital, surtout en hiver de faire le « plein » de lumière du jour, en saisissant toutes les occasions de sortir dès que le temps le permet ! La luminothérapie, si efficace qu’elle soit, ne constitue qu’un traitement d’appoint et ne se substitue pas à une bonne hygiène de vie….

 

 

Comment faire sa séance de luminothérapie ?

Bien installé, vos yeux doivent être bien ouverts durant la séance de luminothérapie, par contre vous n’avez pas besoin de regarder directement la source de lumière. Pour un résultat optimal, il est nécessaire de retirer ses lunettes ou ses lentilles de contact afin que la lumière soit bien absorbée.

 

Luminothérapie pour les enfants aussi ?

La luminothérapie est aussi bénéfique aux enfants qu’aux adultes mais pour choisir une lampe de luminothérapie pour un enfant, il faut être particulièrement vigilant. Tout d’abord, il faut absolument que celui-ci soit âgé de plus de 3 ans. Ensuite, il faut faire attention à ce que le modèle soit certifié médical (norme 93/42/CE) et qu’il n’émette ni UV, ni infrarouges.

Faites en profiter toute la famille au moment du petit déjeuner en famille, la lampe ­posée sur la ­table éclairant chacun. Une exposition quotidienne de 15 à 30 minutes a des effets sur le bien-être, la concentration et même les résultats scolaires ! Et c’est sans danger pour les enfants.

Enfin n’oubliez pas que rien ne vaut la lumière naturelle : pensez à vous aérer et profiter des quelques rayons du soleil encore présents !

On a testé, on a aimé !

bouton je commande

 

Téléchargez dès maintenant notre catalogue de formations

pour être averti en avant-première de nos formations et bénéficier d’un tarif préférentiel !

***

 

L'auteur :

Stéphanie Mezerai - Praticienne en naturopathie

Praticienne et Formatrice en naturopathie. Stéphanie est une passionnée d'écriture et auteure de plusieurs ouvrages. Elle a aussi plusieurs cordes à son arc : la cohérence cardiaque et la gestion du stress. Créatrice du programme "Happy Ménopause©" et "Détox Zéro Sucre©", elle consulte sur Montauban (82)

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet