Depuis la crise de la Covid-19, le port du masque est fortement conseillé, voire obligatoire pour lutter contre la propagation du virus. En soit, c’est une très bonne initiative collective. Mais en pratique, c’est plus coton. Notre peau se retrouve emprisonnée dans une étuve chaude et humide et la peau fait des réactions.

Résultat : acné, points noirs, irritations, couperose et autres inconforts apparaissent. Pas de panique, nous avons des solutions et des conseils faciles à mettre en place.

 

Comment la peau réagit avec le port du masque ?

Notre peau respire. C’est à dire qu’elle transpire de manière très ténue par les pores pour permettre la régulation de la température corporelle. À cela s’ajoute une production naturelle de sébum par les glandes sébacées et de cellules renouvelées par les kératinocytes, situées dans les couches inférieures de l’épiderme. Le sébum passe le canal excréteur rattaché au follicule pileux pour se terminer par le pore.

À la normale, le sébum possède un rôle de protection de l’organisme. Mélangé à la transpiration, il protège la peau en acidifiant légèrement son PH pour piéger les bactéries extérieures.

Cependant, cet équilibre est fragile. Les peaux à tendance acnéique ou à points noirs subissent un sébum plus chargé moléculairement, qui induit une inflammation. Les comédons ou micro-kystes sont également le résultat d’une hyper séborrhée piégée dans la canal excréteur avec les cellules mortes. La partie à l’air libre s’oxyde et devient noire.

La dermatite est le résultat de la présence d’eczéma sur une peau très sèche qui va induire des inconforts inflammatoires, des plaques rouges et une peau réactive.

Avec le port du masque, la peau se retrouve prisonnière de ses propres mécanismes physiologiques. Sous le masque, la peau en manque d’oxygène va en plus se voir assaillie par le dioxyde de carbone de nos expirations. De plus, les masque chirurgicaux, qui sont les plus répandus en vente libre, sont constitués de paraphénylènediamine, un composant auquel on peut être allergique. D’ailleurs, si vous travaillez dans un endroit où l’on ne peut pas faire autrement que de porter ces masques, veillez à maintenir la partie bleue à l’extérieur.

La peau se sent alors agressée et va donc par mécanisme de protection produire du sébum. Si on a la peau grasse ou à tendance acnéique, cela va aggraver le problème car le masque aura tendance à obstruer d’avantage. Les comédons seront plus nombreux également. Pour les peaux sèches, le frottement des lanières et des extrémités du masque peuvent provoquer des rougeurs qui démangent et qui tiraillent.

 

Port du masque avec une peau acnéique

Dans le cas des peaux mixtes à grasses, veillez à boire beaucoup et à surveiller le contenu de votre assiette. Limitez les produits laitiers et les sucres raffinés au maximum pour éviter d’alourdir le poids moléculaire de votre sébum et de le rendre trop gras et comédogène. Au contact du C02 sous le masque, le PH de la peau devient plus alcalin et propice à la prolifération des germes.

Utilisez des produits nettoyants et cosmétiques les plus naturels possibles pour éviter d’ajouter une toxicité supplémentaire. Soyez doux avec votre peaux en évitant les nettoyages trop forts par abrasion irritante.

Nettoyez votre peau matin et soir avec des savons saponifiés à froid au lait d’amande douce pour sa neutralité de PH. Essayez également les gels et mousses au Tea Tree pour un nettoyage doux et assainissant. Si vous vous maquillez, veillez à retirer toutes traces de maquillages. Préférez pour se faire, l’huile de Jojoba dont la composition moléculaire ressemble à celui du sébum. Le maquillage pourra donc se détacher facilement de la peau sans l’alourdir.

Une fois votre peau propre, passez à une purification douce grâce à des hydrolats de Lavande vraie ou de Tea Tree. Pour un effet plutôt astringent, un hydrolat de Thé vert resserrera les pores de votre peau. Vous pouvez procéder par application successive d’hydrolats.

Enfin, la peau doit impérativement être bien hydratée pour rétablir son PH et éviter qu’elle ne produise du sébum pour se protéger. Tout de suite après le passage des hydrolats, donc sur peau humide, appliquez du gel d’Aloe vera. Puis sceller votre hydratation avec des huiles végétales pour parfaire la protection cutanée. L’huile de Nigelle ou Cumin noir est parfaite pour les peaux à problèmes. Élaborez votre propre lotion hydratante en mélangeant 30 ml d’huile végétale de Jojoba ou de Macadamia, 20 ml d’huile végétale de Nigelle et 10 gouttes d’huile essentielle de Manuka dont les vertus purifiantes et anti-microbiennes sont plus importantes que le Tea Tree. Au passage, n’appliquez jamais de l’huile essentielle de Manuka directement pure sur la peau. Préférez le Tea Tree pour neutraliser un bouton récalcitrant.

 

Port du masque avec une peau sèche et irritée

Les masques de protection provoquent le feu sur votre peau? Soyez très bienveillant.e.s avec elle. Dans un premier temps, pensez à faire une cure de phospholipides de DHA afin de nourrir les membranes de vos cellules déshydratées. Ce conseil vaut également pour les peaux sujettes au psoriasis.

Dans votre assiette, soyez attentifs à ajouter les bonnes graisses aux acides gras essentiels : huile végétale d’assaisonnement comme le chanvre, le chia, le cameline , le périlla ou la nigelle, avocats, poissons des mers froides tels que le thon, les sardines, les maquereaux ou le saumon.

Afin de calmer les rougeurs dues au friction des masques, usez d’hydrolats de Bleuet et d’Hamamélis ou de Camomille pour rapporter de l’oxygène et apaiser les échauffements. Vous pouvez les exposer dans la porte de votre réfrigérateur pour un effet frais. Comme pour les peaux grasses, n’hésitez pas à les appliquer en couche successive.

On évitera l’application de gel d’Aloe véra, si ce dernier n’est pas débarrassé de son aloïne, afin d’écarter une réaction allergique supplémentaire.

Pour votre hydratation, soyez dans le nourrissant sans alourdir. Les huiles sont encore les bienvenues dans ce cas précis. L’huile végétale de rose musquée est idoine pour prévenir les sécheresses cutanées. Associée à de l’huile végétale de bourrache, elle apaisera les tiraillements des peaux à vif. En cas de sensations d’inconfort sévère, la crème au Calendula sera vraiment conseillée pour vous soulager rapidement.

 

Du côté de l’assiette

Pour accompagner votre peau, vous pouvez décider de faire des cures de vitamine C et de Zinc.

La vitamine C est un puissant antioxydant majeur de la peau. Elle participe à la formation du collagène et donc à la souplesse de cette dernière. Mais elle a aussi cette formidable capacité à régénérer la peau, notamment en cas de cicatrices et de lésions. Dans votre assiette, cela va se caractériser par une consommation de fruits et de légumes plus importantes sous forme de jus, de salades composés et de légumes ou fruits à la croque. Toutefois, si vous préférez passer par un complément alimentaire, veillez à la choisir de synthèse naturelle à libération prolongée avec une bonne concentration.

Le Zinc quant à lui possède des vertus anti-bactériennes mais également régénératrices. Il intervient de façon globale dans la synthèse protéique tissulaire. Il est donc peut-être temps d’ajouter quotidiennement de la levure de bière en paillette à votre assiette. Cette dernière est en effet une source de zinc végétal facile à consommer. Si toutefois, vous préférez également passer par une supplémentation, choisissez un Zinc bysglicinate pour une meilleure digestibilité sans effets secondaires.

 

Port du masque : No stress !

De façon générale, le port du masque est recommandé, voire obligatoire, dans les lieux publics clos. Il est inutile de porter le masque à l’extérieur si l’on veille à garder une vraie distance raisonnable avec son prochain, sauf dans les villes qui ont pris des mesures plus drastiques. Ne le portez pas non plus quand vous faites du vélo ou du sport, car cela peut même s’avérer dangereux pour la ventilation. Choisissez autant que possible des masques en tissu lavable en coton, de couleur neutre pour éloigner les polluants supplémentaires.

Et n’oubliez pas de dédramatiser la situation. Plus vous serez inquiets, plus vous aurez tendance à libérer du cortisol dans votre organisme. Ce dernier a un impact inflammatoire sur le corps et gare aux incendies sur la peau…

Bel été

Delphine

Téléchargez dès maintenant notre catalogue de formations

pour être averti en avant-première de nos formations et bénéficier d’un tarif préférentiel !

***

L'auteur :

Delphine Baratier Naturopathe

Delphine Baratier est praticienne et formatrice en Naturopathie. Elle est également praticienne en Psychologie positive et en Programmation Neuro-linguistique (PNL). Delphine est spécialisée dans l'accompagnement des troubles liés aux émotions tels que la dépression, l'anxiété ou l'envahissement mais également les troubles du comportement alimentaire. Elle anime un blog et un podcast qui s'appelle Campag'Naturo. Elle consulte à distance et sur Lyon.

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet