On parle souvent du périnée pour les jeunes accouchées mais moins pour les autres comme chez les sportifs mais aussi chez la femme proche proche de la ménopause. A tout moment de la vie, ce muscle peut être affaibli ou peu tonique. Cette faiblesse musculaire peut se ressentir dans le quotidien.

Or, ce muscle joue entre autre un rôle-clé dans la prévention des fuites urinaires, de la descente d’organe appelée prolapsus mais aussi pour votre vie sexuelle ! D’où l’importance de le préserver et de prévenir son relâchement. On commence par un peu d’anatomie !

Qu’est ce que le périnée ?

Le périnée est un ensemble complet de muscle présent dans la partie la plus basse du bassin. Il forme un « hamac », s’insérant d’avant en arrière du bassin : du pubis au coccyx et latéralement : sur chaque ischions. Bien que ce ne soit pas un muscle « visible » il est indispensable dans le quotidien (pour la femme comme pour l’homme) car il est notre base de maintien des organes présents dans le bassin : la vessie, l’utérus, le rectum. Si ce muscle est affaibli, les organes du bassin peuvent s’affaisser, ce que l’on nomme un prolapsus.

Il est constitué de 2 parties :

  • Les muscles superficiels (l’étage du bas) constitués d’ensemble de muscles en forme de 8 qui va du pubis au coccyx. La boucle avant encercle l’urètre et le vagin et la boucle arrière encercle le sphincter anal. Puis un autre ensemble constitué de 3 muscles fins et longs formant un triangle. Parmi ces 3 muscles en triangle, lorsque le muscle transversal (nommé transverse superficiel) qui va d’un ischion (les os situés sous chaque fesse) à l’autre prend la forme d’un hamac >> c’est le début des ennuis !
  • Les muscles profonds, situés au dessus (1er étage), ces muscles plus à l’intérieur,  plus profonds tapissent le bas, l’arrière et remontent légèrement sur les côtés du petit bassin. Ils soutiennent les organes de cette zone : La vessie, l’urètre, le vagin et le rectum.

Quels sont les signes de faiblesse du périnée  ?

  • Fréquentes envie d’aller uriner et difficultés à se retenir longtemps (La moyenne étant de 4 et 6 mictions par jour).
  • Pertes d’urine lors d’efforts (lors d’une toux, d’un rire, d’un éternuement ou en portant une charge)
  • Difficulté à retenir ses gaz
  • Sentiment de lourdeur autour du vagin
  • Impression de ne pas pouvoir bien vider la vessie, difficulté à uriner.
  • Gaz vaginaux
  • Jets urinaires faibles, intermittents ou en arrosoir
  • Présence de gouttes retardataires au moment de lever des toilettes
  • Constipation ou difficulté à évacuer les selles
  • Perte de selles

 

Quelles sont les conséquences d’un périnée relâché ?

À force d’encaisser les pressions intra-abdominales, le périnée devient parfois moins tonique. Ce qui retentit sur la sphère intime.

  • Fuite urinaire à l’effort : cette perte involontaire d’urine non précédée d’un besoin survient lors d’un effort physique ou d’une toux. C’est le premier signe d’un périnée qui ne remplit plus son rôle de clôture.
  • Incontinence anale: elle survient si la tonicité des muscles releveurs de l’anus fait aussi défaut.
  • Prolapsus: il ne concerne que les femmes. L’altération du système de suspension des organes pelviens (vessie, utérus, rectum) va les déplacer. La descente d’organes peut être précédée de douleurs pelviennes, lombaires, voire d’une gêne sexuelle.

 

Pourquoi le périnée est moins tonique vers la ménopause ?

La faute aux œstrogènes ! À la ménopause, les ovaires arrêtent de produire de l’œstrogène, hormone responsable non seulement des menstruations, ou règles, mais également de la santé de la vessie et de l’urètre : en effet, les muscles du périnée qui entourent la vessie ont besoin d’œstrogènes pour rester toniques. La diminution du niveau d’œstrogène au cours de la ménopause entraîne une perte de tonicité du périnée.

Forcément le premier désagrément ressenti sera la petite fuite urinaire. Ça commence par la petite goutte qui s’échappe en riant, puis la course pour aller uriner …  L’incontinence est un effet secondaire de la ménopause particulièrement désagréable, qui affecte à la fois la confiance en soi et la qualité de vie. Avoir à se précipiter aux toilettes en permanence, et souffrir de fuites urinaires lorsqu’on éternue, tousse, saute et fait du sport, est un désagrément colossal !

Malheureusement, ça se résout pas tout seul mais la bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de renforcer son plancher pelvien même tardivement ! La première chose à faire est déjà d’en parler avec votre gynécologue. Faire le point avec lui pour voir si éventuellement vous avez besoin ou non d’une rééducation qui nécessite l’intervention d’un professionnel (sage-femme ou kinésithérapeute).

Programme d’accompagnement naturopathique de la préménopause et ménopause proposé par Stéphanie Mézerai, Praticienne en naturopathie

Fermeture du programme le 14 Novembre 2019 à minuit : Places limitées

 

Quelles solutions ?

 

Le périnée est sollicité en permanence quand on bouge. Mais on peut l’aider à moins encaisser de pression en prenant soin de :

  • Se positionner autrement: à la marche ou debout, s’auto-grandir et effectuer une rétro-bascule du bassin ce qui limite la pression au niveau de la fente vaginale et permet aux abdos de bien se placer et devenir protecteurs.
  • Respirer correctement: ne jamais bloquer la respiration ni inspirer en soulevant un paquet ou un petit enfant, en faisant un saut ou des abdos. Il faut souffler: le  ventre rentre par réflexe.
  • Bien manger: forcer sur les fibres pour éviter la constipation, limiter les graisses et surtout les sucres pour combattre le surpoids, éviter les épices qui irritent la vessie. De même que l’excès de thé, café, alcool, boissons sucrées.

 

Les exercices de Kegel

Qu’est-ce que signifie « Kegel » ? Ce terme vient du Docteur Arnold Kegel, gynécologue. C’est lui qui étudie pour la première fois en 1948, les muscles du plancher pelvien appelés alors « muscles de Kegel ». Il invente l’exercice Kegel pour favoriser la décontraction du périnée et éviter la chirurgie. Les exercices de Kegel renforcent et tonifient les muscles du plancher pelvien qui soutiennent à la fois la vessie, les intestins et l’utérus. Ses exercices de Kegel sont particulièrement efficaces pour resserrer les muscles vaginaux. La pratique des exercices de Kegel se fait en 3 étapes.

1 / Il faudra identifier au préalable les muscles du plancher pelvien à fortifier. Pendant que vous urinez, assise sur la cuvette de la toilette, vous stoppez net la miction, provoquant ainsi la contraction du muscle recherché.

2 / Il faudra effectuer les exercices ou plus précisément, des séries de contractions. Lorsque les muscles ont été bien identifiés et que vous êtes  bien rodée dans la pratique régulière des exercices.

3 / Vous pourrez commencer à vous entraîner à serrer les parois de votre vagin.

Ils ont pour objectifs d’améliorer la force des muscles du plancher pelvien ainsi que d’augmenter le contrôle et la vitesse de réaction de ces muscles. Chaque exercice est basé sur la contraction et le relâchement volontaire. On contracte les muscles du plancher pelvien entre 5 et 10 secondes pour commencer puis on les relâche pendant 5 à 10 secondes.
Vous pouvez réaliser des séries de 10 contractions / relâchements, jusqu’à 4 fois par jour. On peut effectuer cet exercice debout, assis, allongé, accroupi… dans n’importe quelle position. Pour que ça fonctionne il faudra être régulière dans cette pratique pour voir des améliorations rapidement. Réaliser ces exercices quatre fois par jour, pendant 2 à 3 mois, permettra de constater des effets bénéfiques. Les premiers résultats peuvent apparaître dès le premier mois de pratique.

Les œufs de yoni, boules de geisha …


L’œuf de Yoni

De la forme d’un œuf de taille variable, en pierre précieuse ou semi-précieuse, polie. Son origine est orientale, « Yoni » désignant le sexe de la femme en sanskrit.  L’œuf de Yoni est utilisé pour favoriser la tonicité du périnée et du coup le plaisir sexuel. Il existe en plusieurs tailles. Le plus petit modèle va davantage favoriser la tonicité du périnée en raison des contractions musculaires nécessaires pour garder l’œuf dans le vagin. L’œuf de plus grande taille est utilisé chez les femmes ayant déjà accouché plusieurs fois. L’œuf de Yoni ne constitue en aucun cas un sex-toy. Personnellement, je trouve que l’œuf de Yoni non troué et donc sans fil est préférable pour éviter que se logent les bactéries et les odeurs également. Rassurez-vous on arrive toujours à le faire ressortir !

L’œuf Yoni c’est sans danger ?

L’utilisation des œufs de Yoni n’est pas sans danger, quelles précautions prendre ?

  • La douleur au moment de l’insertion de l’œuf doit faire interrompre son utilisation.
  • Il ne doit pas être utilisé pendant les règles.
  • L’œuf doit être d’une hygiène irréprochable car comme tout corps étranger, il peut être à l’origine d’infections.
  • Je vous déconseille les œufs en pierre de jade, très pourvoyeur d’infections vaginales, car le jade est un matériau poreux.
  • Certains œufs de Yoni sont fabriqués avec des matériaux toxiques pour le corps humain et peuvent provoquer de graves complications lors de leur utilisation.
  • L’œuf de Yoni ne doit jamais être utilisé en continu, en particulier à la marche. En effet, les muscles du périnée ne sont pas faits pour être contractés en permanence. Aucune étude scientifique n’a prouvé l’efficacité et l’innocuité de ce procédé.
  • Si vous êtes dans le doute demandez l’avis de votre gynécologue.

 

Les boules de Geisha

Elles sont reconnues comme un outil de musculation du vagin et du plancher pelvien. Elles sont de plus en plus préconisées par les sages-femmes et les kinésithérapeutes pour la rééducation du périnée à domicile, ou en complément des séances d’une rééducation classique. Elles pourront être utilisées en complément de vos exercices de Kegel.

Boules de Geisha et oeuf Yoni quelles différences ? Les deux objets ne sont pas fabriqués dans les mêmes matériaux. Les boules de geisha sont le plus souvent faites en plastique ou silicone. Ensuite, la structure n’est pas la même. Les boules de geisha, de forme sphérique, contiennent une bille qui se déplace en fonction des mouvements du corps, ce qui crée des vibrations. Concernant la taille et le poids, ces deux objets sont assez similaires.

Les cônes vaginaux

Ce sont des petits objets de forme ovale de poids différents faisant travailler la force et l’endurance des muscles du plancher pelvien. Ils ont  l’avantage de travailler progressivement par niveau de poids. L’utilisation des cônes vaginaux est conseillée en cas de légères fuites urinaires à l’effort, lorsque vous riez, toussez ou faites du sport. C’est la méthode idéale pour la rééducation périnéale à domicile. Vous pourrez récupérer un tonus musculaire du périnée en vous exerçant seulement quelques minutes par jour en débutant par le poids le plus léger puis au fur et à mesure des semaines, d’évoluer vers poids supérieur.

La rééducation périnéale avec une sage-femme ou un kinésithérapeute spécialisée

Il possible de faire la rééducation avec un professionnel de santé formé à cela. Il existe plusieurs méthodes :

  • La méthode manuelle permet au professionnel de vous indiquer la tonicité de chacun des muscles.
  • Il peut y avoir des séances, basées sur la coordination de la respiration avec des exercices de chacun des muscles du périnée. Ces exercices peuvent être basés sur la visualisation (CMP : Connaissance Maîtrise du Périnée) ou la contraction volontaire.

Certains utilisent des sondes périnéales :

  • par électrostimulation (la sonde envoie des impulsions électriques qui provoquent des contractions involontaires).
  • en biofeedback (vous devez contracter sur la sonde pour réaliser des exercices sur un écran)

 

 

 

Pour allez plus loin

 

Un site très intéressant : https://www.perineeshop.com

L'auteur :

Stéphanie Mezerai - Naturopathe & Gestion du Stress

Mon intérêt pour les plantes et "le" naturel a toujours été présent dans ma vie surtout à la naissance de mes enfants. C'est donc tout naturellement que je me suis tournée au fil des années, vers cette formation de naturopathe et d'iridologue, qui est venue consolider mes connaissances personnelles en la matière. Ma première profession étant auxiliaire de puériculture formée en soutien à l'allaitement, cela me permet une approche différente auprès des jeunes mères et aux femmes enceintes. Naturopathe, Intervenante en cohérence cardiaque et Gestion du Stress Je consulte sur Montauban (82)

Lire tous les articles de

Visiter son site Internet